29 novembre 2018

Bientôt un « Intranet des territoires » avec Smart Lighting Alliance !

Avec la LiFi, technologie de communication via la lumière, toute une filière est en train de se structurer avec une ambition : ancrer la valeur dans les territoires. Le point avec Rodolphe MICHEL, Secrétaire Général de la Smart Lighting Alliance - SLA qui fédère tous les acteurs impliqués dans le smart lighting pour faire connaître les nouvelles solutions et les nouveaux usages.


La SLA, Smart lighting Alliance est une toute jeune organisation, comment et pourquoi a-t-elle été créée ?


La SLA a été créé en janvier 2014 pour accompagner le développement de la technologie de rupture permise par la led LIFI (Light Fidelity), une nouvelle technologie sans fil, basée sur l'utilisation de la lumière pour transmettre tout type de données. Avec elle, les lampadaires d’éclairage public peuvent se transformer en noeud de communication, devenir le relais d’un réseau de vidéo surveillance, ou encore une borne de recharge pour les véhicules électriques. Notre organisation réunit de nombreux acteurs, grands groupes, startups, TPE PME, autour du smartlighting network avec une finalité prioritaire : le développement de l’autonomie des territoires.



Le marché est en train d’émerger, quels sont les enjeux auxquels vous devez faire face ?


Aujourd’hui il y a 20 milliards d’objets connectés dans le monde, d’ici 2030 il y en aura 50 milliards, une croissance exponentielle qui génère une démultiplication infinie des datas mais aussi une démultiplication des réseaux qui les transportent. Ces réseaux très consommateurs d’énergie, nécessitent des infrastructures coûteuses pour les collectivités, d’où une couverture numérique inégale du territoire français, la priorité étant donnée aux zones à forte densité.
Les solutions industrielles doivent être en interaction avec les territoires qui pourront ainsi s’autogérer en pilotant leurs réseaux et leurs datas en temps réel. C’est ce qu’on appelle la smart city où le politique, fort du minerai de la data produit par ses citoyens, fait en sorte que la valeur ne soit pas uniquement captée par les GAFAM* ou BATX, mais sert à dynamiser le tissu économique des territoires.
Si les grands groupes ont conscience du potentiel énorme de ce marché, les collectivités ont une connaissance insuffisante des enjeux.


Quelles sont les missions que vous vous êtes fixées ?


Notre mission est de mettre en visibilité, de faire connaître et de sensibiliser à ces nouvelles technologies et à leurs enjeux. Nous proposons également des outils concrets, de la réflexion au pilotage. Notre public prioritaire : les collectivités qui doivent s’emparer très vite de ces sujets pour préserver leur indépendance, il faut que les collectivités reprennent le pouvoir sur les réseaux de télécommunication en mettant l’intérêt général et les citoyens au coeur des enjeux.
La formation est également un levier fort du déploiement de la smart city. Nous y travaillons pour mettre en place de solutions de formation notamment à destination de l’ensemble de la chaine des acteurs : bureau d’étude, installateur, exploitant, mainteneur secteur privé et public pour véritablement structurer une filière industrielle, standardiser les solutions et atteindre des marchés de masse.



Aujourd’hui vous travaillez sur un projet de smart lighting d’envergure, pouvez-vous nous le présenter ?


Nous accompagnons, avec le soutien de la Commission Européenne et du Ministère du Travail, une initiative de la région SUD Provence Alpes Côte d’Azur. L’objectif est d’installer d’ici 3 ans, 30 000 luminaires connectés, sur tout le territoire français. Attention, pas uniquement sur la région Sud ! Une « Smartgrid Valley » va être implantée dans un premier temps en région SUD. Véritable territoire d’expérimentation, elle permettra de mettre en oeuvre, en situation réelle, les solutions industrielles développées, puis de les industrialiser. Au coeur du projet, la création d’un réseau de communication unique et interne à un territoire donné. Cet « intranet des territoires » sera moins consommateur en énergie et donnera aux collectivités un accès gratuit aux datas générées ! A la clé : l’intégration de la filière et une dynamique économique sur la région SUD, avec création de valeur et d’emplois, pour tous les marchés, télécommunication, travaux publics, bâtiment, énergie, mais aussi .. Une indépendance des collectivités en matière de réseaux de communication.



Quelles sont les perspectives du marché ?

C’est le développement d’une nouvelle filière industrielle qui est en marche. D’ici 5 ans, le marché aura émergé. La France et plus largement l’Europe doivent se positionner rapidement en tant que leader sur ces nouvelles technologies. Tous les acteurs économiques doivent s’impliquer. Nous sommes partenaire et exposant sur le prochain salon Lighting Days. Notre présence, sur ce rendez-vous phare de la filière en France, sera l’occasion de mettre en visibilité nos actions, de sensibiliser aux enjeux, de rencontrer de nouveaux partenaires potentiels… pour contribuer au développement de ce marché en devenir.

Rendez-vous du 13 au 15 Février 2019 à Lyon-Eurexpo sur les Lighting Days !

TÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUÉ

08 novembre 2018

Le Syndicat de l’Éclairage met Lighting Days en lumière !

Partenaire des Lighting Days, le Syndicat de l’éclairage souhaite que le Salon devienne le rendez-vous phare de la filière en France. Une ambition qui se traduit dans les faits dès l’édition 2019. Entretien avec Julien Arnal, président du Syndicat.
Lire la suite
Partager cette page :